Un chercheur multiréférentiel

Illustration : Phage

Une méthode pour penser

Vers 1988 Christian Bois – autodidacte qui n’a pas le bac – commence à se « frotter » à l’univers de … l’université.
D’un côté il donne des cours à des étudiants dans différentes disciplines.
Côté recherche, il participe à des groupe de réflexion sur la recherche-action, l’observation participante, et la recherche multiréférentielle.

En amont de tout cela, se pose la question : « C’est quoi « penser » ? »
Il s’intéresse aux recherches de Jean-François Le Ny.
Il s’agit de « croiser » les observations de terrain – émotions, action, discours, etc. – avec le travail « théorique » sur le langage – sémantique, pragmatique, etc..

Un champ de travail infini

Il y a deux manières d’être enseignant et/ou chercheur.
La manière à la fois ciblée et centrée sur un objet – le physicien des cristaux, l’expert en langage Forth, etc.
La manière « au dessus et en travers » où une partie importante du travail est faite sur les méthodes de recherche, les « métamodèles » , etc.
Dans ce second cas, les objets ciblés de recherche peuvent être d’une infinie variété.

Tisser

On peut, par exemple, « tisser » béton + bactéries.

.

.

.

Source : WikiMedia