On choisit pas sa famille

Illustration : le navire Arizona brûle après l’attaque de Pearl Harbor

Une famille marquée par les guerres mondiales

Pas de héros dans la famille Bois.
Le grand-père Léon Bois est mobilisé en 1914 et la guerre se termine bien pour lui : il est « seulement » invalide.
L’oncle Robert Brun est tué au front en 1939.
Le papa – Jean Bois – passe toute la guerre dans le Stalag VA  LudwigsbourgBissingen où il survit aux maladies, à la faim et à la violence.
Il sera président de la section locale de l’Association Républicaine des Anciens combatants.

Militance de terrain

Pendant toute son enfance, Christian Bois a vu ses parents et grands-parents actifs dans des structures locales – amicale laïque, association de parents d’élèves, syndicat, conseil municipal, etc..
L’idée générale est que s’il fait si bon vivre en France c’est grâce à des siècle de combat intellectuel – pour un Etat de droit – et de combat de terrain pour un respect de l’homme.

Faire autrement

Christian Bois fait partie de ce que l’on nomme la « génération 68 » .
Il ironise volontiers : « Combien de camarades se sont dits 68tards alors qu’ils étaient frileusement dans leurs charentaises près de leur maman ?
Je n’ai aucune gloire à avoir été dans ma première « manif » en 1967.
J’étais juste très en colère face à la manière avec laquelle on traitait les jeunes, les handicapés, les malades, les soldats, les prisonniers et les jeunes filles qui se retrouvaient enceintes.
 »
Il se retrouve donc militant en particulier au Mouvement français pour le planning familial et dans les associations de son quartier.

Un peu de désordre c’est bon pour la créativité

« On ne peut pas faire du neuf sans secouer un peu le vieux ! »
Christian Bois – qui s’intéressera à la médiologie – souligne que le processus même de l’agitation – quels que soient les slogans – est salutaire.
« En 1967 mon combat était « il faut que ça change ! » « il faut que ça bouge ! » « il faut que ça innove ! ». »
« Ma formation politique était insuffisante pour que je formule un projet.
Par ailleurs je n’étais pas doué pour « suivre un parti » sans comprendre les enjeux. »

On ne peut rien changer sans se glisser dans les médias

C’est une des motivations pour Christian Bois de devenir un professionnel de la télévision – côté technique – puis de l’informatique et des réseaux.

.

.

.

Source : WikiMédia

http://bao.niloo.fr/nlb/rna/cb3/a.php/PiwzLyAzbmFvbmd3dHx9aXR6djhoeXV9eHJ8YXZibz98b3wzfXVqZmk4dnNpY2JreWQpf34zfXJ5a3Y7NiE5PSw6NTRqPSw

 

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s